FRANCE 1 bis

11 mai 1960, le jour où France vint épouser la mer. Les 60 ans du lancement du paquebot France.

 

« Le paquebot France est lancé, il va épouser la mer »

Général de Gaulle, Président de la République, le 11 mai 1960.FRANCE 9

Lorsque à 16h15 ce 11 mai de l’année 1960 le paquebot France glissa vers la mer depuis sa cale de lancement aux Chantiers de l’Atlantique à Saint-Nazaire; les 100 000 personnes présentes n’imaginaient pas qu’il s’agirait du dernier grand transatlantique français.

La décision de construire un nouveau paquebot sur la ligne de l’Atlantique Nord au sortir de la Seconde Guerre mondiale est le fruit d’une longue réflexion et répond à des enjeux politiques et économiques.

Il est essentiel de maintenir la présence du pavillon français sur la ligne de l’Atlantique Nord pour renforcer des liens séculaires avec les Etats-Unis sur une ligne maritime où les britanniques avec leurs Queen Mary et Queen Elizabeth (Cunard Line) et les américains avec United States (United States Lines) sont très performants.

Or les deux fleurons de la Compagnie Générale Transatlantique sur cette ligne, Ile-de-France et Liberté sont deux navires vieillissants (1927 pour Ile-de-France et 1928 pour Liberté ex-Europa), qui reprennent du service après-guerre et après d’importants travaux de rénovation.

FRANCE 4L’optimisme et la croyance en une ère nouvelle de l’histoire économique avec l’idée d’une croissance indéfinie (ce sont les Trente Glorieuses), la modernité des techniques de construction nouvelle comme la préfabrication, l’utilisation de matériaux nouveaux (Formica, Rilsan, Skaï..) vont trouver leur pleine expression dans ce navire conçu pour traverser l’Atlantique en 5 jours à la vitesse de 30 nœuds avec 2000 passagers à son bord.

Bureaux d’étude, chantiers, usines de sous-traitants : de très nombreuses entreprises françaises participent à la construction de ce futur géant des mers, chacune ayant le sentiment de participer à un grand effort national pour la réalisation d’un chef d’œuvre industriel, appelé à être ensuite un ambassadeur de la France.

À la différence de son prestigieux prédécesseur qu’était Normandie (CGT 1935), France ne proposera que deux classes, une première classe et une classe touriste. Le confort présent partout dans le navire est plus égalitaire à défaut d’être aussi luxueux.

Ce 11 mai 1960, ce sont donc près de 100 000 personnes qui assistent au lancement sous un soleil radieux. Le jour et l’heure du lancement n’ont pas été choisis au hasard : la forte marée est d’une amplitude suffisante pour mener à bien l’opération toujours délicate qui consiste à faire glisser 35 000 tonnes d’acier le long d’une cale vers la mer.

FRANCE 6Cette foule immense vient de France et de l’étranger. Parmi eux 1640 invités ont voyagé par 4 trains spéciaux depuis Paris et il a fallu affrété 15 wagons restaurants qui ont servi 3 500 repas dans la journée. Neuf avions spéciaux ont parcouru 30 000 km pour amener 600 passagers de points aussi éloignés que San Francisco, une cinquantaine de journalistes américains a fait le voyage. L’évènement est retransmis en Eurovision.

De nombreux représentants du gouvernement sont présents ainsi que le Président des Chantiers de l’Atlantique,  M. René Fould et le Président de la Compagnie Générale Transatlantique, M. Jean Marie qui prononcent tous deux un discours.  Ici de dos, M. René Fould, devant lui et de gauche à droite : M. Jean Marie, Mme de Gaulle, le Président de la République, M. Jacques Chaban-Delmas, Président de l’Assemblée Nationale, et M. Robert Buron, Ministre des Travaux Publics, des Transports et du Tourisme.

C’est le Commandant Le Huédé qui assure la manœuvre à bord avec à ses côtés le Commandant Croisile, futur commandant du paquebot.  Le second Capitaine Avron se tient à l’extrême avant du navire. L’équipage embarqué comprend 240 hommes.

A 16h15 exactement, Yvonne de Gaulle, la marraine du navire coupe le ruban retenant le magnum de champagne qui s’écrase sur la coque.

Quelques minutes plus tard, le Général de Gaulle, Président de la République prononce un discours demeuré célèbre pour ses premiers mots : « Le paquebot France est lancé. Il va épouser la mer ».

FRANCE 8 bisFrance débutera sa carrière le 11 janvier 1962 avec une croisière inaugurale aux Canaries avant d’être affecté à la French Line, la ligne reliant Le Havre et New-York.  Il réalisera de nombreuses croisières, dont deux autour du monde en 1972 et en 1974, transportera de nombreuses célébrités et quantités d’inconnus, des centaines d’hommes et de femmes se relaieront au service de la machine, à la passerelle et auprès des passagers. Son exploitation par la Transat prendra fin bien plus tôt qu’initialement prévu et l’annonce de son désarmement sonnera brutalement la fin du transport transatlantique maritime de passagers. Mais cela est une histoire pour un autre jour.

En attendant ce jour, rappelons-nous la suite du discours du Général de Gaulle lorsqu’il définissait ainsi la mission de France :  … (elle) sera de transporter, d‘un bord à l’autre de l’Atlantique, des hommes, c’est-à-dire des pensées, et des activités, des foyers de connaissance et des sources de travail, de l’art et de la richesse », qu’il terminait enfin par ces quelques mots :

« que ce navire aille donc accomplir sa destinée : porter des hommes vers des hommes ». 

ALBERT BRENET REPRODUCTION - © VINCENT RUSTUEL-(1)

 

À l’occasion des 60 ans du lancement du paquebot France, French Lines & Compagnies ouvre exceptionnellement sa boutique et vous propose l’acquisition d’une impression numérotée de la gouache d’Albert Brenet, peinte sur le vif à l’occasion du lancement de France.

Dimensions (à l’échelle de la gouache) : 83 x 122 cm

Tarif : 90 € TTC, (tarif adhérent association Les Amis de French Lines : 76,50 € TTC )

Frais d’envoi = + 10 €

Pour commander : epcc@frenchlines.com

Lancement du paquebot France, 11 mai 1960 St Nazaire, gouache d’Albert Brenet, Collection French Lines & Compagnies/VINCENT RUSTUEL

Illustrations tirées du Bulletin de la Compagnie Générale Transatlantique  n°537, juillet août septembre 1960. Auteurs : MM Augustin, Barrault, Chantiers de l’Atlantique, Jarnoux, Lhommet, la Photothèque Spic, ©Collection French Lines & Compagnies